La Chaîne des Terrils, version boraine [hotspot]

Répartition des terrils en Belgique

La Belgique est un plat pays. On est loin d’Andorre. Mais heureusement pour les traileurs en manque de lieux d’entrainement, les régions les plus planes ont conservé certains stigmates de leur épopée minière. Les terrils témoignent d’un passé pas si lointain qui a fortement marqué ces régions. Aujourd’hui préservés et lieu de loisirs, ces anciens charbonnages constituent un terrain de jeu idéal pour les coureurs en mal de dénivelé et de sentiers un peu tortueux, praticables été comme hiver. Je publie ici un petit itinéraire sur l’un de ces terrils. D’autres parcours, plus longs, devraient suivre et intéresseront celles et ceux qui souhaitent découvrir la région.

 La Chaîne des Terrils qui s’étend sur 200 km de la forêt de Bonsecours jusqu’au Pays de Notger (Liège), et arbore quelque 330 sommets que forment les terrils majeurs et plusieurs centaines de terrils plus petits, dits terrils mineurs est un biotope unique.

La chaîne du Levant compte plusieurs terrils à proximité immédiate de Mons. D’ouest en est, on trouve le Titan du Levant et son sergent, le Crachet, l’Héribus. Ces terrils coniques ou volcaniques avec fumerolles (cfr. vidéo sur le Crachet) sont d’ailleurs ces terrils qui servent de terrain de jeu au Night Trail organisé chaque année au mois d’avril par l’asbl Madres

Autres curiosités dignes d’intérêt pour les coureurs à pied : la bosse crayeuse de la Malogne et le Mont Panisel peuvent compléter la visite.

Présentation du circuit de l’Héribus

Versant sud de l'Héribus à Cuesmes

Petite boucle de 4 km et 170 m de dénivelé positif.

De nombreuses variantes sont possibles. Il ne s’agit que d’une variante parmi d’autres. Quelques tronçons aux nombreuses racines, des descentes caillouteuses, des pentes abruptes et d’autres qu’il est possible de peut grimper en courant. En fonction de ce que l’on recherche comme dénivelé, le circuit est modulable.

Ce terril culmine à 116 m et ne permet qu’un dénivelé de 70 m d’une traite. A grimper en force donc.

Avec un peu d’entêtement, on peut même taquiner les 700 m de dénivelé positif sur 10 km, comme lors de cette séance. De quoi bien préparer un trail au profil accidenté comme la Bouillonnante par exemple, qui serait, selon les bruits de couloir, une épreuve plus engagée que l’Andorra Ultra Trail [edit: pour plus de précision sur cette mention ironique, voir les commentaires et la remarque de Frère Tuck]

C’est principalement sur ce terril que j’ai préparé mes participations au GR73, Ultra tour du Beaufortain et Tour de la Grande Casse. Comme quoi, à coeur vaillant, rien d’impossible.

Cartographie

Photos

Quelques photos prises cet hiver. D’autres suivront.

Héribus

Vidéo

Ce terril accueille également une manche de la Wallonia Cup de VTT cross-country. La vidéo ci-dessous vous donnera un aperçu du parcours. À peu de détails près, le tracé est identique à celui que j’utilise. Je rajoute en général une ou deux ascensions complètes du terril. A pied, l’avantage, c’est qu’on passe partout, même sur les pentes les plus caillouteuses.

Liens utiles

Publicités

16 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. david dit :

    le fameux heribus ! bon t’es dispo un de ces jours pour me le faire enfin découvrir ?
    je reprends juste donc à petite allure …

    1. Cédric dit :

      Avec plaisir! Je reprends la course à pied dans 2 ou 3 semaines. Ensuite, on peut organiser une petite sortie sur les terrils du coin si ça te tente!

  2. Frère Tuck dit :

    Salut Cédric,

    Un article intéressant qui me pousse à vouloir découvrir ton terrain d’entrainement.

    Je réagis toutefois sur le fait que certain pense que la bouillonnante serait une épreuve plus engagée que l’Andorra Ultra Trail.
    Si on compare le ratio dénivelé/kilomètre, effectivement, on peut constater que la bouillonnante a un ratio plus élevé (102m D+/km contre 86m D+/km pour la Mitic ou 76m D+ pour la Ronda Dels Cims). Mais d’autres critères rentrent en compte, à savoir la distance totale et surtout le dénivelé proposé pour les principales montées (1600m D+ sur 7km par exemple sur la Mitic après 45km de course) qui pencheraient en faveur de l’Andorra Ultra Trail.
    Ce sont deux courses totalement différentes : une « cassante » avec une succession de montée/descente avec un dénivelé moins important et une de type « montagnarde » avec des montées plus longues pour atteindre des sommets de 2600/2800m d’altitude.

    Nous (le nord de la France / Belgique) avons un handicap par rapport aux pyrénéens : nous n’avons pas de montagne (de terrils ;-)) qui frôle de telles attitudes. Difficile de s’entrainer et d’être dans les mêmes conditions que les pyrénéens …

    A l’année prochaine à Bouillon et … on se prend une bière à Ordino, ville de départ de l’andorra le 5 août 2012 ?

    dFi.

    1. Cédric dit :

      Salut Dominique!
      Je suis content que tu réagisses à l’article, car ton commentaire a le mérite d´éclaircir les esprits des profanes et novices: ma comparaison était volontairement fantaisiste et ironique! Bouillon et Andorre, ça ne se compare pas. Evidemment, Andorre est une épreuve montagnarde beaucoup plus difficile que la Bouillonnante, tant au niveau du dénivelé que du terrain super technique ou encore de la distance. C’est d’ailleurs une des épreuves qui me fait du pied pour 2012.

      Je faisais simplement référence à toute cette mythologie qui tourne autour de la Bouillonnante, que certains ont comparé à un tour autour du Mont-Blanc. Je ne me souviens plus de la citation exacte, mais si Nis traîne par ici, il pourrait certainement nous retrouver le contexte.
      Bref, tu as parfaitement raison et je suis bien entendu d’accord avec toi. Bouillon n’est ni une épreuve insurmontable ni engagée. Très belle et difficile, certes, mais si les concurrents s’y laissaient à la bonne allure et avec les moyens d’arriver au bout sans s’exploser, ça changerait la donne.

      1. nis dit :

        La Bouillonnante plus dure que l’utmb, j’ai déjà entendu ca plusieurs fois…
        Par exemple, ici-même, sur ton blog:
        « Pas la grande, car un collègue (21e), m’a rapporté que certains finishers de l’UTMB trouvaient la Bouilonnante plus dur, à cause de la technicité du parcours. »
        Ces commentaires me font bien rire !

      2. Cédric dit :

        Je suis partant pour relancer cette légende champêtre à l’occasion de l’édition 2012.

  3. Salut le crapahuteur de terrils, merci pour ce bel article de +
    Comme le dit Frère Tuck, ca donne envie de te rendre visite, faudrait vraiment qu’on s’organise ca si tu es d’accord.
    😉

    A+

    1. Cédric dit :

      Salut Christophe!
      Ce serait un plaisir de vous accueillir dans la région! Je planche d’ailleurs sur un long parcours autour de Mons et pas forcément en boucle. Quelques personnes intéressées et nous voilà partis!

      1. Maxime Dumont dit :

        +1 pour moi les gars. Attention Cédric, si Frère Tuck vient, les ravitos vont te couter les yeux de la tête !

  4. Insigma dit :

    +1 pour moi également
    Bel article 🙂

  5. Lamiricoré dit :

    Je tombe sur ton article le jour où je fais le mien sur la mine de la Mure … drôle de coincidence !
    http://lamiricore.fr/archives/5070

    1. Cédric dit :

      Tu sais ce qu’on dit sur les grands esprits…

  6. Gauthier CARION dit :

    Bel article Cédric. Excellent blog tout simplement.
    On sent que tu aimes la région…ta région.

    Après des semaines de tergiversation je me lance….
    On allume l’imprimante, on imprime le parcours « Héribus made by Mister Ferrin », on s’habille adéquatement, on abandonne femme et enfants et GO.

    14/1/2012 à 10h15 j’y serai

    Celà constituera une excellente sortie matinale.

    A très bientôt pour de nouvelles aventures…

    1. Cédric dit :

      Merci pour ton retour! Je t’aurais bien accompagné, mais j’ai lu ton commentaire un peu tard. Tu as bien fait d’abandonner ta famille pour venir (vivre?) sur ce terril.

  7. gauthier dit :

    Bonsoir Cédric
    Feedback de mon week-end passé sur sur les traces de Monsieur Héribus.
    Pas mal du tout. Très chouette.
    Tellement chouette que j’ai remis le couvert dimanche midi.
    Certains de tes articles détaillent le matos à privilégier.
    Tu oubliais l’essentiel : un kit de paintball (arme, protection,…). Je me suis retrouvé en plein milieu du « jeu de quilles » sur le flanc NORD OUEST de Monsieur Héribus. Assez agréable de sentir que l’on devient une cible.
    Pour info je prépare qques petits trails régionaux : Mont St Aubert (en relais avec mon frangin) , trail des Jonquilles et le night trail.
    Connais-tu un bon magasin spécialisé dans la région de Mons (ou ailleurs) ?

    1. Cédric dit :

      J’avais oublié de mentionner ce « détail ». Le dimanche, c’est vrai qu’ils squattent parfois une partie du terril. Je pensais que c’était plus ponctuel et saisonnier 😦
      Je me suis aussi retrouvé au plein milieu du jeu de quilles en été l’an dernier. Pénible surtout qu’après la huitième bière, leur sympathie décroit fortement.

      On se croisera peut-être aux Jonquilles alors!

      Je connais un magasin tenu par un vrai spécialiste, mais ce n’est pas du tout dans la région de Mons: Off Course à Lille (http://off-course.fr/)
      Ils vendent par correspondance aussi. J’achète souvent en ligne (wiggle surtout).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s